18 déc

MOKA: UNE REGION, UNE HISTOIRE

Le couple Mackay: Accompagnateurs engagés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Christelle et Stephane Mackay sont accompagnateurs à Lovebridge depuis plus d’un an. Dans une rencontre intéressante, ils nous livrent leur expérience avec leurs doutes au départ, leurs espoirs et surtout leur bonheur de voir s’opérer les changements positifs dans la vie de leur famille Lovebridge. Extraits.

Christelle : « Nous faisons depuis toujours un peu de missions sociales mais toujours ponctuellement, pas dans la durée. Quand j’ai pris connaissance, à travers une présentation de Lovebridge, du contenu du programme, cela m’a tout de suite interpellée par rapport à la méthode d’accompagnement dans  la durée et  à la structure de mise en place des piliers de travail pour chaque famille. Celui de l’éducation m’a le plus touchée car je pense qu’il est un élément essentiel pour sortir de l’engrenage de la misère… »

Stephane : «  Pour les familles en situation d’extrême pauvreté, isolées de la société depuis longtemps, le fait même d’avoir quelqu’un pour les écouter fait déjà une première grande différence. Ce sentiment de ne plus être seul donne toutes les forces et la motivation pour essayer d’avancer … Si chaque famille mauricienne voulait accompagner une famille en extrême pauvreté, imaginez le résultat que cela pourrait donner : une ou plusieurs générations d’enfants sauvés de la misère ! »

Christelle et Stéphane :  «Nous avions peur de ne pas pouvoir donner du temps suffisant à notre famille mais nous avons vite compris que l’équipe de Lovebridge est en permanence sur le terrain et que nous  suppléons par rapport à notre disponibilité. Ce qui compte c’est qu’ils sachent que nous avançons ensemble. Nous sommes épatés de voir la synergie existante entre le team Lovebridge et les accompagnateurs  et de ce fait cet accompagnement est loin d’être lourd pour nous »…

Retrouvez l'interview de Christelle et Stéphane.

 

Mila ”Field Worker dévouée”

Mila, field worker depuis 1an chez Lovebridge m’accompagne dans ce périple. Longeant une allée de terre, nous arrivons enfin chez notre première famille bénéficiaire à Petit Verger. A priori, tout semble calme et paisible, en ouvrant la feuille de tôle froissée qui sert de porte, entourée d’un amas de déchets; la maison. La tôle est superposée comme des mille feuilles. Entre la rouille qui laisse certainement traverser l’eau de pluie et le béton fissuré, c’est là que nous  accueille Prescilla, dans son humble demeure. Mila, une habituée des lieux, s’attèle de suite à sa tâche. Notre bénéficiaire, peu bavarde et mère de 4 enfants, brise petit à petit sa coquille pour mieux se confier sur le problème qu’elle rencontre pour s’alimenter correctement. “Be la nu manz seki nu ena, kan pena nu trase ek seki gagné nu manze”. Après quelques notes et conseils, c’est ainsi que s’achève notre visite chez cette famille que Mila visite très régulièrement.

A quelques rues plus loin, réside Vanessa, 31ans et maman de 7 enfants de 4 à 12ans. Elle nous accueille chez elle, les yeux écarquillés, le sourire angélique et sa joie si palpable qu’elle se ressentirait à des kilomètres. Elle nous attendait! Elle nous raconte comment ses accompagnateurs lui sont d’un soutien incommensurable, tant sur le plan moral qu’à travers l’encouragement qu’ils lui donnent. D’ailleurs, cela lui a valu de trouver un travail qui lui permet aujoud’hui de subvenir partiellement aux besoins de sa famille. Très à cheval sur l’éducation, avec joie, fierté et beaucoup d’engouement, elle nous précise que ses 7 enfants sont désormais tous scolarisés grâce à l’encadrement de Lovebridge.

S’il fallait continuer à vous parler de ce que les familles vivent au quotidien, on pourrait en écrire un livre. Sans compter les autres régions,  où opère Lovebridge, Moka est une très belle région avec des gens qui ont du coeur. D’ailleurs, n’etait-ce pas pour cela que cette region s’appelle “Le coeur de l’île”? 
 

Partagez sur

Je m'informe

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter.