LES TYPES D'ACCOMPAGNEMENT

L’accompagnateur simple : Il donne de son temps. Il entretient une relation soutenue et durable avec la famille. Aucun apport financier n’est à prévoir. Si la famille a des difficultés financières, il fera appel aux fonds de soutien de Lovebridge.


L’accompagnateur semi-autonome : Il donne de son temps. Il entretient une relation soutenue et durable avec la famille. Au besoin, il peut contribuer financièrement à hauteur de 2 000 roupies par mois.


L’accompagnateur autonome : Il donne de son temps. Il entretient une relation soutenue et durable avec la famille. Il lui apporte toute aide financière jugée appropriée.


Le parrain financier : Il n’entretient pas de relation avec la famille, mais contribue à soutenir l’action des autres accompagnateurs avec un soutien financier.

Je Souhaite

Ils l'ont fait

  • Carolyn

    Cela fait 2 ans ½ que nous nous sommes engagés avec une famille à travers Lovebridge, mon mari Gilian et moi. La première inquiétude était le manque de temps. La deuxième, pas le moindre : le fait que le projet s’appelle « lovebridge ». Le mot « love » me faisait peur. A priori nous ne pouvons pas choisir d’aimer, ce n’est pas comme faire bien son travail… Il faut prendre ce risque : le risque que ça ne marche pas.

    La méthode Lovebridge fonctionne. Nous le savons parce que nous l’avons vécu.  On peut souvent être amené à penser que nous aidons lorsque nous aidons financièrement les personnes dans le besoin, mais aider quelqu’un à s’en sortir, ce n’est pas cela. Autonomiser, ce n’est pas faire les choses à la place de quelqu’un, mais au contraire l’accompagner dans son chemin, lui apporter le soutien moral et les conseils dont il a besoin pour s’en sortir par lui-même.  

  • Corine accompagnatrice

    Corine & Harold, couple accompagnateur

    « En partageant nos soucis avec eux, on vient se rejoindre au niveau de notre humanité. Notre condition d’hommes. On est tous pareils. »

  • Stéphanie, accompagnatrice

    « On a appris qu’il faut les accepter tels qu’ils sont. On ne peut pas changer leur vie du jour au lendemain. Avec le temps on peut le faire, comme on peut ne pas réussir. Il faut prendre son temps, ne pas être pressé. »

  • Estelle coordinatrice du projet Love Bridge

    Estelle, Coordinatrice du projet Love Bridge de 2014 à 2015

    « En sachant qu’ils étaient accompagnés, qu’ils n’étaient pas seuls dans leurs difficultés, dans leurs différences, il y avait une espérance qui naissait. Lovebridge leur permettait d’avoir des rêves, quelque chose à voir plus loin. Au fait, on peut y arriver. »

  • Les accompagneurs Rubee et Sada

    Rubee et Sada, accompagnateurs

    « Le mot parrainer et accompagner nous a attiré. Quand le projet Lovebridge a démarré, c’est le mot ‘pont’ qui a fait un déclic. Cela nous a donné l’occasion d’apprendre à épauler les autres. On apprend de cette famille, de ces personnes. On apprend à épauler les autres. »

  • Accompagnatrice Odile

    Odile, accompagnatrice

    « L’accompagnement de deux familles. C’est réciproque. Nous les accompagnons parce qu’ils ont des difficultés. Ils nous accompagnent aussi dans tout ce que nous entreprenons. Ils sont là avec nous. Ce n’est plus de l’accompagnement aujourd’hui, c’est de la fraternité. »

Les étapes pour devenir accompagnateur

  • 1

    Assister à une réunion

  • 2

    Rencontrer l'équipe

  • 3

    Choisir sa famille

  • 4

    Rencontrer sa famille

POURQUOI ACCOMPAGNER

Accompagner, c’est écouter, soutenir, encourager, féliciter. Accompagner une famille, c’est lui apporter l’amour qui la maintient dans l’action.
 

L’accompagnement est avant tout donc une forme de don de soi, de partage. Pour que ce partage soit réussi, il est essentiel qu’il soit régulier.
 

Accompagnateurs et familles sont soutenues dans cette relation d’aide par les travailleurs sociaux de Lovebridge au sein de cellules d’action.

À QUOI CELA M'ENGAGE?

Tous les Mauriciens, quelles que soient leurs ressources financières, sont invités à devenir des accompagnateurs bénévoles d’une famille vulnérable.
 

Ce qui compte est que l’accompagnateur construise une relation dans la durée avec une famille bénéficiaire. Accompagner, c’est donc donner (1-2) heures de son temps par mois. Puisqu’il faut du temps pour réussir un projet de vie, l’accompagnement doit aussi être de longue durée. L'accompagnateur s’engage à assurer un suivi régulier. Avec une attitude d’écoute, d’empathie et d’encouragement.
 

Pour autant, les soutiens financiers sont les bienvenus lorsque les bénévoles en ont les moyens. Plusieurs formules ont été prévues à cet effet.

APPRENDRE À ACCOMPAGNER

Devenir accompagnateur, cela s’apprend. Lovebridge apporte aux futurs accompagnateurs des modes d’emploi pratiques afin que la relation soit construite sur des bases saines et durables.
 

Lovebridge est aussi présente à tous moments pour répondre aux questions des accompagnateurs, les aider à démêler des situations complexes.

Je m'informe

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter.